Le murmure des ombres – Jan-Philipp Sandker

J’allais dire que c’est la première fois que je parle d’un livre Allemand sur le blog, mais en fait, même pas, puisque j’ai déjà parlé de Max Weber, avec son livre sur les religions en Chine Confucianisme et Taoïsme. ^^ Par contre, ce qui est vrai, c’est que je n’avais jamais parlé d’un roman Allemand, jusqu’à aujourd’hui !

Le Murmure des ombres raconte l’histoire de Paul Leibovitz, un américain qui a récemment perdu son fils à cause d’un cancer, récemment divorcé également et qui vit grâce aux intérêts que lui rapporte l’argent placé suite à la vente de ses appartements. Un jour, il croise une femme, Elizabeth, qui de fil en aiguille lui demande de l’aider à avoir des nouvelles de son fils, qui a disparu depuis quelques jours. Paul, probablement à cause de la perte de son propre fils, commence à mener l’enquête pour retrouver Michael, le fils d’Elizabeth.

Et pourquoi je vous parle de ça bon sang de bois ? Non, je n’ai pas définitivement mis la ligne éditoriale du blog à la poubelle, il y a un lien ! En réalité, si je vous parle de ce livre, c’est parce que l’intégralité de l’intrigue se déroule entre la région de Hong-Kong où vit Paul, et la ville de Shenzhen, où a disparu Michael. Et personnellement, comme j’ai eu la chance de visiter ces deux endroits, ce livre m’a énormément rendu nostalgique de mes voyages là-bas, qui datent d’il y a maintenant quelques années. Les lieux traversés par Paul lors de son enquête sont nommés et il m’a beaucoup plu de reconnaitre certains lieux par lesquels je suis passés, surtout dans le cas de Hong-Kong. Alors, avant de continuer, une précision pour ceux qui ne le savent pas : Quand on parle de Hong-Kong, ça peut être trois chose : l’île, la ville ou la région. Par exemple, Paul vit dans la région de Hong-Kong, mais pas dans la ville ni sur l’île, mais sur une autre île, celle de Lamma.

Mais revenons au roman : Paul rencontre donc Elizabeth a Hong-Kong (la ville) et lui demande de mener l’enquête à Shenzhen, ville juste de l’autre coté de la frontière entre Hong-Kong (la région) et la Chine Continentale, et c’est là que le roman est intéressant, puisqu’il traite en partie des relations entre les chinois du continent et ceux de Hong-Kong. (Et j’ai envie de dire que c’est parfaitement d’actualité !) J’ai beaucoup aimé voir un tel roman aussi calé sur la culture chinoise ainsi que sur son histoire. Oui, j’ai beaucoup aimé voir quelqu’un écrire sur quelque chose qu’il connait ou qui au moins a fait des recherches avant de publier son roman. Oui, j’ai l’habitude de repérer les petites erreurs qu’il y a dans les ouvrages que je lis, les petites approximations, etc. Et bien, là, je n’en ai pas trouvé, donc plutôt bon point pour Jan-Philipp.

Bon, si je devais vraiment trouver un défaut au livre porterais uniquement sur l’édition française, traduite de l’anglais alors que la VO est allemande. Mais bon, même si c’est pas génial les traductions en chaine comme celle-là, j’imagine que, pour une raison qui m’échappe, je trouve ça moins grave que de traduire un roman en VO chinoise depuis l’anglais. (Oui, peut-être que je suis juste snob, pardon. ^^)

Bon, j’ai plus parlé du fait que ça se passait à Hong-Kong et que j’avais bien aimé ça, que du roman en lui même, construit comme un roman policier. J’ai beaucoup aimé le personnage de Paul et son évolution, surtout vis à vis de son entourage, et d’ailleurs, je trouve les personnages bien nuancés, aucun n’est tout blanc ou tout noir, tous ont leurs petits secrets et même les personnages “négatifs” on des motivations assez claires, pour moi.

Scénario, personnages, ambiance réussis… J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, malgré quelques éléments de l’intrigues un peu évidents et devinables facilement, dans l’ensemble, c’est un roman que j’ai dévoré. Le thème peut paraitre un peu dur suivant comment il est présenté, mais ça reste une lecture légère. Plus légère que ce que j’ai l’habitude de lire en tout cas.

P.S. : Mon prochain article se déroulera aussi à Hong-Kong, mais cette fois, c’est grâce à un roman graphique que nous nous y rendons ! A bientôt !